COMMUNIQUE DE PRESSE
Mardi 6 mai 2014

Réaction de Denis Payre aux insuffisances des deux premières années du quinquennat de François Hollande

Pour Denis Payre, les résultats ne sont pas là et les mesures prises, pas à la hauteur de ce qu’attendent les Français.
François Hollande affirme vouloir ‘aller plus vite’ sur la réforme territoriale, sur la simplification, sur l’allègement du coût du travail pour les entreprises mais aussi sur les impôts.

Par cette volonté d’accélération et l’espoir d’un ‘retournement économique qui arrive‘, le Président de la République nous montre une tentative pour rétablir la confiance avec les Français. Par cette tentative il est dans son rôle mais pour que cela soit efficace, il faut des mesures fortes et convaincantes. Certaines mesures prises vont dans le bon sens comme le pacte de responsabilité, le plan d’économie de 50 milliards et la suppression des conseils généraux, mais cela reste de mesures limitées, sans réforme en profondeur de l’Etat. Les coûts de rabots vont faire souffrir beaucoup de gens, notamment les fonctionnaires, sans une réflexion globale pour repenser le fonctionnement de l’administration.

François Hollande évoque le problème de la compétitivité qu’il semble avoir découvert à son arrivée au pouvoir ! Les mesures prises ne sont pas suffisantes pour soutenir les petites et moyennes entreprises, pour dynamiser l’emploi et soutenir les salariés. Ces salariés qui sont victimes de l’annulation de la défiscalisation des heures supplémentaires. Le Président de la République dit vouloir être jugé à l’issue de son quinquennat sur ses résultats. Pour obtenir des résultats, en particulier sur le chômage des jeunes, nous proposons au Président de travailler très rapidement sur les multiples freins à la création d’emploi comme le droit du travail ou les effets de seuils qui découragent l’embauche. Ces mesures ne coûtent rien et ont la capacité de créer de nombreux emplois. 

François Hollande dit vouloir s’attaquer aux inégalités en prenant l’école comme ‘lieu de rassemblement‘. La réforme des rythmes scolaires, rejetée par de nombreux enseignants, maires et parents n’était pas la priorité pour endiguer ces inégalités ! Nous Citoyens a ainsi proposé des mesures concrètes pour repenser l’Education nationale au service des enfants.

Aujourd’hui, il est indispensable d’agir pour garantir aux Français les moyens de bien vivre et de mieux vivre »

Contact presse – Amélie Lebreton 
01 42 60 40 44 / 06 70 60 25 30
amelie.lebreton@nouscitoyens.fr